Créer & Gérer son restaurant

A qui doit-on confier la gestion des réseaux sociaux d’un restaurant ?

Vous y pensez de temps à autre, tout comme votre chef qui prend en photos des plats qui sortent de sa cuisine. Cependant par manque de temps et parce qu’il n’est pas toujours aisé d’utiliser son téléphone quand on est en train de cuisiner, ces clichés ne finissent pas toujours sur la page Facebook ou le compte Instagram de votre restaurant. Parfois, la mission est confiée à un de vos serveurs, qui s’arrête le jour pendant qu’il est en vacances. Alors qui doit s’occuper des réseaux sociaux dans votre restaurant ?

Quand le community manager est le chef

Il est 11 heures et quelques clients restaurateurs de Zenchef viennent de poster une photo de leur plat du jour sur leur compte Facebook. Une bonne initiative qui n’est malheureusement pas assez développée alors que les réseaux sociaux sont d’importants canaux d’acquisition de clients. Derrière ces publications, il y a parfois le chef, le restaurateur, un serveur, un commis…bref potentiellement toute la brigade restaurant. Ou un seul homme comme au Restaurant Le Moulin à l’Huile Vaison-la-RomaineVaison-la-RomaineLe community manager ici c’est Richard Bagnol, le propriétaire qui porte aussi la toque dans cette petite adresse gastronomique du Vaucluse, cliente de Zenchef.

« Aujourd’hui, tout le monde est connecté », Richard Bagnol, restaurateur au Moulin à l’Huile, à Vaison-la-Romaine et client Zenchef

 

“Je suis connecté depuis sept ans sur Facebook. J’ai débuté lorsque j’avais mon établissement à Mazan. J’ai continué avec l’aide d’un de mes employés sur Le Moulin à Huile à Vaison-la-Romaine. J’y ai rapidement trouvé un intérêt, notamment en termes de temps car c’est très court de faire une publication sur Facebook. Et puis, aujourd’hui tout le monde est connecté”, explique le propriétaire qui est aussi membre de notre partenaire L’Association française des Maîtres Restaurateurs.

Faire tout soi-même pour contrôler et donner de la cohérence

Au programme de ses “posts” sur son compte Facebook, on retrouve souvent des photos : des assiettes finies, des albums sur des collaborations avec partenaires, des petits films sur des événements organisés dans le restaurant. “L’image attire beaucoup de monde, tout comme un titre accrocheur qui fait facilement 1000 vues supplémentaires. Les gens sont aussi friands des instantanés lors des événements organisés dans le restaurant”, ajoute Richard Bagnol. S’il a choisi de tout faire lui-même, c’est pour contrôler et donner une cohérence à ce qui est publié sur la page de son restaurant, mais aussi pour une question d’argent. “La gestion des coûts est importante”, ajoute-t-il.

Externaliser le community manager

A Paris, Boris Bazan a décidé d’externaliser la gestion et l’animation des réseaux sociaux de son restaurant. “Au début, nous avons essayé de déléguer cette tâche à nos directeurs sur les deux restaurants Le Christine et Les Fous de l’île, mais entre la gestion des groupes, des réservations et du quotidien des établissements, cela faisait beaucoup. Depuis septembre 2015, c’est ma femme qui s’en occupe avec notre service marketing et communication et une personne en externe.” Concrètement, Emilie Bazan, qui est aussi à la tête du service commercial du Groupe Les Fous de Bazan, fournit les renseignements, prend les photos, programme les communications et “le community manager met tout en forme.”

Utiliser des tableaux de suivi pour mesurer l’e-reputation de son restaurant

Utiliser un prestataire pour gérer Facebook, Instagram et Pinterest (notamment pour diffuser des recettes des plats) permet également au couple Maître Restaurateur de mesurer l’impact de leurs publications. Grâce à des tableaux de bord, ils peuvent contrôler le nombre de visites, de “Likes” et autres abonnés à leurs différentes pages, et ainsi mesurer l’e-reputation de leurs restaurants. “Nous faisons un point sur ces chiffres tous les mois”, ajoute Boris Bazan. A la rentrée 2016, il prévoit d’internaliser ce poste avec une personne en stage en charge des réseaux sociaux, d’une application dédiée au restaurant et ainsi éviter les transferts d’informations.

 

Bien connaître ses objectifs attendus avant de confier à quelqu’un la gestion des réseaux sociaux de son restaurant

Co-fondateur de l’agence Refresh Room, David Sadik travaille avec de nombreux restaurants qui ne veulent plus “d’une stratégie au doigt mouillé” sur les réseaux sociaux. “La première question que je pose à mes clients est de savoir quel est leur objectif. 9 fois sur 10, ils veulent que ce soit un levier pour faire venir plus de monde. Mais il est important qu’ils aient une réponse à cette question, sinon ils ne pourront gérer aucun support numérique.”

“Les réseaux sociaux, ce sont du temps, de la cohérence, de la régularité, de l’expertise, de la variété, de la réactivité : on ne peut pas les animer à moitié ou alors il vaut mieux ne rien faire “, David Sadik, co-fondateur de l’agence Refresh Room

Vient ensuite l’épineuse question du budget à consacrer à cette activité. “Pour bien faire les choses, en termes de fréquence, de ligne éditoriale et de réactivité, cela demande un investissement. Si le restaurateur veut externaliser afin que cela lui coûte un minimum, il vaut mieux ne rien faire, que mal faire soi-même”, ajoute David Sadik. “S’il accepte faire appel à un service externe, il pourra compter sur un recrutement de fans qualifiés, une production de contenu professionnel, un achat de visibilité, dans le but de donner une image qualitative à des gens qui sont déjà clients et qu’il faut continuer à intéresser ou de potentiels clients qui ne connaissent pas encore le restaurant.”

Intégrer le social media manager comme un membre à part entière de sa brigade

Ce social media manager débute chacune de ses missions par une phase d’imprégnation pour humaniser la relation avec le restaurateur, connaître l’ambiance du restaurant, la carte, parler avec le chef, les producteurs. “Il faut que le prestataire fasse un peu partie de la famille : la gestion de ses réseaux sociaux du restaurant est quelque chose d’assez intime pour un restaurateur. Le community manager doit être raccord avec lui sur toute la ligne afin que son travail ait l’air d’être fait par quelqu’un qui travaille dans le restaurant.”

 

Anaïs Digonnet, 18 juillet 2016