Tendances

Les chefs se lancent dans la vidéo avant l’ouverture de leurs restaurants

Raconter son aventure d’entrepreneur à travers des petits films semble séduire de plus en plus de restaurateurs. La vidéo apparaît comme un moyen d’expliquer les démarches liées à l’ouverture d’un établissement. Elle permet aussi de fédérer une communauté pour asseoir la marque et ses valeurs, dès les prémices de son existence. Exemples avec Julien Duboué à Paris, Romain Bonnier à Saint-Jean-d’Arvey et Jean-François Bury à Nanterre.

Jean-François Bury, des images à l’état brut sur les travaux de son restaurant

Cet ancien candidat de Top Chef vient d’ouvrir son restaurant Cabane à Nanterre. Avant d’accueillir ses premiers clients, celui qui fut aussi champion du monde 2015 des traiteurs, a multiplié les publications sur Facebook pour annoncer l’ouverture de sa première affaire. Deux vidéos ont ainsi fait leur apparition avec des images léchées, brutes et saillantes qui ressemblent au style du chef.

Une communication percutante

Dans un premier temps, à travers des plans qui s’enchaînent et dans lesquels le zoom est très accentué, Jean-François Bury emmène les spectateurs dans les coulisses de la réfection de l’établissement. Dès les premières secondes, on est surpris par le bruit de la scie, celui du marteau sur ciment, avant une apparition finale et furtive du chef accrochant la première signalétique du restaurant sur la devanture. La bande son favorise les éclats de tonalités liées à la réalisation des travaux, ce qui met alors en lumière le travail besogneux de la remise à neuf des lieux et son cadre authentique. Le décor est posé. 

Une bande-annonce avant l’accueil des premiers clients

La seconde vidéo est postée à la veille de l’ouverture du restaurant Cabane. Plus humanisée, on y voit le chef et son équipe en plein travail dans les cuisines, mais aussi les membres du personnel de salle qui terminent les derniers coups de peinture, l’installation des tables et le rangement des couverts. C’est la présentation des personnages et la vidéo alors reprend les mêmes codes que dans une bande-annonce au cinéma pour annoncer l’intrigue.

Un final qui incite à la réservation

On entend le son étouffé des voix qui s’affairent mais aussi le tintamarre des ustensiles et des autres gestes rendus encore plus perceptibles par une musique d’ambiance planante. Une des dernières images montre le chef en train de terminer la confection d’un pâté croûte avant de le mettre au four. Un raccord parfait pour inciter les clients à venir le goûter et donc à réserver (en ligne puisque le restaurateur gère ses réservations avec Zenchef).

Julien Duboué, le multi-propriétaire partage son aventure en se mettant en scène

C’est un vrai teasing que le chef landais a mis en place dès le début de son aventure pour B.O.U.L.O.M en février dernier, deux mois avant l’ouverture de l’établissement à Paris. « Il me tenait à cœur de partager avec les jeunes restaurateurs qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat ce qu’est la belle aventure d’une ouverture de restaurant ! », explique Julien Duboué sur le compte Facebook de l’établissement.

Une séquence à chaque étape avant l’ouverture

Semaine après semaine, il choisit d’être suivi par une caméra professionnelle dans toutes ses pérégrinations à travers Paris à la recherche de la meilleure adresse où ouvrir sa « Boulangerie Où L’On Mange ». À travers des scènes de quelques secondes, on le retrouve au moment de récupérer les clés après la signature du bail, au téléphone après la décision de l’architecte de se retirer du projet, pendant la « demolition party afin de limiter le coût des travaux » ou encore juste avant l’ouverture.

Une percée dans les dessous de la création d’un restaurant

À chaque courte prise de parole filmée, il donne des conseils comme par exemple le choix des producteurs ou l’importance des phases de dégustations quotidiennes avec l’équipe pour améliorer les propositions de la carte. En donnant à voir les dessous de l’entrepreneuriat dans la restauration, Julien Duboué pose également les premières pierres de sa marque pour fédérer une communauté autour de cette dernière. Cette stratégie lui permet aussi d’attiser la curiosité des professionnels mais aussi amateurs qui ne connaissent pas forcément les nombreuses phases qui précèdent le lancement et le succès d’un restaurant.

Romain Bonnier, le cuisinier blogueur qui partage son expérience d’entrepreneur

On le connaissait blogueur, auteur de nombreux billets sur Une Vie En Cuisine, on le retrouve face caméra pour partager autrement son quotidien de cuisinier. Après avoir interviewé le chef Juan Arbelaez dans son restaurant Yaya (au sujet d’une anecdote de sa vie de chef alors qu’il travaillait pour Pierre Gagnaire) Romain Bonnier se met en scène pour raconter les démarches liées à l’ouverture de son propre restaurant à Saint-Jean-d’Arvey (Savoie).

Silence, ça tourne, avec un téléphone portable

Avec son épouse, ils évoquent à deux voix les différentes démarches de leur future vie de restaurateurs à leur compte. À chaque étape, le couple prend la parole : au début avec  la présentation de leur projet tout près du lac du Bourget puis, au moment d’ouvrir le courrier de réponse de la mairie suite à leur candidature pour la reprise d’un restaurant et, dernièrement, en revenant  sur les détails de la formation du permis d’exploitation pour tenir un débit de boissons,. Les différentes parties de ce feuilleton sont réalisées en une prise, avec un téléphone portable, et ce dialogue de couple d’entrepreneurs donne une vraie touche d’authenticité à leur initiative.

Partager son expérience aux autres cuisiniers

« Beaucoup de cuisiniers ont peur des démarches. Avec ma femme, nous souhaitons nous servir de notre expérience pour leur donner les clés et l’envie de se lancer comme nous », commente Romain Bonnier qui partage ses vidéos sur ses réseaux sociaux. « C’est aussi un moyen pour nous de faire la promotion du restaurant, d’expliquer notre concept jusqu’à l’accueil des premiers clients. »

Anaïs Digonnet, 28 juin 2018