Tendances

Les Titres Restaurant, vers une dématérialisation obligatoire ?

Si aucune réglementation n’encadre le passage au numérique des titres restaurants, certaines entreprises entendent bien faire bouger les choses. La société EdenRed, leader sur le marché, ne proposera d’ici 2022 plus que des Titres Restaurant dématérialisés.

En 2015, le support électronique ne représentait que 5% du chiffre d’affaire de la restauration commerciale, contre 15% en 2018 (sources : BFM et Journal du net), une belle augmentation, donc.

# Vers la fin des petits arrangements

Du côté des utilisateurs, et même si ceux-ci voient également leur nombre croître, on se heurte cependant à quelques inconvénients. En effet, si en théorie un seul Ticket restaurant est permis lors du règlement d’un repas, la pratique montre une certaine souplesse de la part des commerçants. De plus il est rare que l’un d’eux refuse un Ticket restaurant dominical, même si la loi dispose pourtant que cette pratique est interdite : ils ne sont censés être valables que pendant les jours ouvrés. Avec une carte à puce, il est plus simple de bloquer ces transactions en caisse lorsque celles-ci interviennent en-dehors des réglementations.

# Les avantages de la dématérialisation

Bien heureusement, la carte à puce ne présente pas seulement des inconvénients. Premièrement, elle prend moins de place que le carnet de tickets et à un impact écologique plus faible, ce qui n’est pas négligeable. De plus, et à l’inverse des Tickets restaurant, elle ne périme pas et elle permet un meilleur suivi des dépenses en temps réel via le compte de l’utilisateur, ou une application spécifique.
Enfin, si l’on ne peut dépenser que 19 € par jour, et pour un nombre restreint de produits, elle met fin à la monnaie perdue sous prétexte que le montant du Ticket restaurant est supérieur au montant de l’achat. Les commerçants qui ne rendaient pas la monnaie des Tickets riront peut-être jaune, mais les utilisateurs, eux, seront ravis. Et un client heureux, n’est-ce pas ce qu’il y’a de plus précieux ?

Crédit Photo Eric Piermont/AFP

Zenchef, 17 octobre 2015