Insolite

Élection et restauration : ce qu’il fallait retenir du premier tour de la présidentielle 2017

Le premier tour de l’élection présidentielle 2017 aura été l’occasion pour certains chefs et restaurateurs de prendre la parole et pour d’autres d’animer leur établissement. 

Les restaurateurs incitent au vote

Un verre offert à Paris

Les restaurateurs parisiens comptaient bien recevoir des clients cherchant un endroit où se poser après avoir fait leur devoir de citoyen. Avec l’application BoldMy Little Paris a lancé L’Apéro des « A voté » avec un principe très simple. Dans une vingtaine d’établissements de la capitale, ceux qui se présentaient avec leur carte d’électeur tamponnée se voyaient offrir un verre. Parmi les participants, certains prennent leurs réservations avec Zenchef. La Brasserie d’Auteuil dans le 16e arrondissement, qui avait mis à l’honneur un Spritz ou un cocktail Green détox. Flora Danica dans le 8e arrondissement avait plutôt opté pour une bière danoise ou un jus pressé maison, pour s’enivrer (avec modération), célébrer ou oublier…

Apéro, vin ou café gratuit pour les votants à Villefranche-de-Lauragais

Jusqu’au 27 avril, Le Grand Régal offre l’apéritif, le vin ou le café pendant les services du soir ou du midi à ses clients qui auront fait leur devoir de citoyen. Une offre mise en place par Julien Barthe, le patron de 26 ans, qui a souhaité mobiliser ses concitoyens. L’initiative sera renouvelée au second tour. 

Guillaume Gomez fait de l’humour

Le chef des cuisines de l’Elysée, grand adepte des réseaux sociaux et en pleine promo pour son dernier livre « Le Carnet du Chef- Guillaume Gomez », est allé aux urnes pour choisir avec lequel des onze candidats il préférerait composer les prochains menus servis au Palais. Après le résultat Macron-Le Pen, le MOF n’a posté sur Twitter qu’une photo vide des cuisines. Un message à faire passer pour le second tour ?

La Rotonde à Paris accueille Macron et les siens

Hier soir, la brasserie La Rotonde à Paris est devenue le théâtre de la soirée électorale victorieuse du premier tour d’Emmanuel Macron. La belle table du quartier Montparnasse était la cible de toutes les caméras mais aussi de certains commentaires politiques qui ont vu en cette adresse un bis repetita de la soirée de Nicolas Sarkozy au Fouquet’s en 2007. Preuve que la notoriété d’un restaurant en dit long sur un candidat. La multiplicité des articles dans la presse du jour montre encore une fois l’intérêt pour les gestionnaire du restaurant de bien gérer leur e-réputation.

Un restaurant médiatisé mais peu digitalisé

On pourra cependant faire remarquer au candidat d’En Marche, qu’après avoir fait l’apologie de la French Tech et des nouvelles technologies alors qu’il était ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, il n’a pas choisi un restaurant dont la communication est très digitalisée : pas de module de réservation en ligne, aucune mise à jour du menu ou des événements à venir et une page Facebook inerte depuis 2014 !

Le chef étoilé Thierry Marx, ministre ?

Le média en ligne Food&Sens aurait vu l’info traîner ça et là sur les réseaux sociaux. L’égérie étoilée de JoyFood by Badoit avait en effet rencontrer Emmanuel Macron pour présenter ses écoles « Cuisines Mode d’Emplois » qui soutient la formation professionnelle des jeunes et moins jeunes en cuisine. De là, à voir le patron de la brigade du Mandarin Oriental intégrer un potentiel prochain, ce serait beaucoup spéculer.

Anaïs Digonnet, 24 avril 2017

Vous aimerez aussi