Tendances

Fête de la Gastronomie : les restaurateurs appelés à être dans une offre de partage plus que de prix

Dès demain et durant tout le week-end, la Fête de la Gastronomie va battre son plein en France. Sophie Le Bouleise, commissaire générale de l’événement, donne ses conseils aux restaurateurs pour réussir cette opération.

Quel est l’objectif de la Fête de la Gastronomie ?

« Au niveau national, il s’agit de mettre en avant la gastronomie française comme un patrimoine culturel, de montrer qu’elle dispose d’un énorme potentiel économique et qu’elle est outil de rayonnement puissant pour la France. C’est un événement important pour la notoriété et la visibilité de notre pays dans un contexte devenu très concurrentiel. »

Quel est l’intérêt pour un restaurant de participer à cet événement ?

« À l’heure actuelle, la situation est compliquée pour les restaurants. Ils ont eu à souffrir des attentas, de la crise avec une baisse du pouvoir d’achat et d’une zone de livraison à domicile qui s’agrandit. Sans parler de la compétition internationale et des touristes qui vont voir la gastronomie au Danemark ou au Pérou. Il faut que les restaurateurs français montrent la qualité de leur cuisine et de leur accueil et que l’établissement reste un lieu incontournable associé à un moment de détente et de plaisir. C’est important de garder cette identité. La Fête de la Gastronomie permet de ré-enchanter le moment où les clients vont venir au restaurant, en créant une rencontre unique avec le restaurateur, le chef et les équipes. »

Quels conseils donneriez-vous aux restaurateurs pour promouvoir leur établissement ce week-end ?

« La première chose est d’inscrire leur événement sur le site de la Fête de la Gastronomie avec le maximum de détails. Je leur conseille ensuite de ne pas être dans une offre de prix mais une offre de partage, de rencontre, d’enseigner un geste, d’apprendre à leurs clients à reconnaître un vin, à découper une volaille, un poisson, d’inviter un vigneron ou leur fromager afin que le public acquiert ou ré-aquiert ce regard de compétence et de reconnaissance porté sur le travail du restaurateur et dans celui le chef. C’est aussi pour cela que j’ai proposé la thématique « Au coeur du produit » afin qu’en sortant d’un restaurant, le client se dise qu’il a appris quelque chose car le restaurateur aura mis en avant une compétence ou un talent et pas juste une assiette. C’est aussi comme cela qu’ils redonner envie d’exercer ce métier exigeant et qui nécessite une fidélisation. »

La Fête de la Gastronomie peut-elle aider à inciter certains à se lancer et à rester dans le métier de restaurateur ?

« On voit bien que dans la restauration, il existe un grand turnover notamment parmi les serveurs. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ont un rôle dans l’accueil qui n’est pas dévalorisant mais au contraire respecté car ils sont souvent la première image que le client a du restaurant. C’est pour cela qu’il faut mener des actions de partage et de pédagogie. »

Anaïs Digonnet, 21 septembre 2017

Vous aimerez aussi