Tendances

Google officialise la facturation sur commission : quelles conséquences pour les hôteliers ?

L’annonce fait l’effet d’une bombe dans le secteur de l’hôtellerie : le géant Google a annoncé qu’il officialisait le programme permettant la réservation d’un hôtel directement sur les moteurs de recherches Google en facturant des commissions à l’hôtelier. Quelles conséquences ces changements majeurs auront-ils pour les professionnels de l’hôtellerie ? 1001menus a mené l’enquête pour vous !

 

Actualités : Google annonce la facturation sur commission des hôteliers

C’est au tour de Google de rejoindre les pas de TripAdvisor qui, depuis le début de l’année, avait déjà entamé sa transition d’un site orienté « Communauté de voyageurs et avis clients » vers un modèle d’agence de voyages en ligne (OTA)!

En effet, Google a annoncé le 22 septembre dernier la fin de son outil « Google Hotel Finder » pour mieux se renforcer dans le domaine de la distribution d’hôtels en ligne, avec le développement de « Google Hotel Ads Commission Program ». Ce dernier propose de réserver des hôtels en direct sur les moteurs de recherche Google (et non plus au travers d’un outil externe) via une commission sur les réservations effectuées via le moteur de recherche, plutôt que le sur le principe jusque là en place de coût par clic (plus coûteux et plus risqué).

Google se rapproche ainsi davantage du modèle des agences de voyages en ligne (OTA). Les voyageurs d’affaires pourront désormais chercher ou comparer les hôtels avec le moteur de Recherche Google ou dans Google Maps, sans se rendre sur une solution parallèle ou un autre site. Il suffit de taper i[«hôtel à [destination]»]i puis préciser les dates souhaitées dans la zone des résultats. Des filtres permettent de trier les résultats selon les prix, les catégories ou encore les notes. Les internautes ont accès à des photos, les évaluations d’autres clients et des panoramas Street View.

Quels avantages pour les hôteliers ?

Il est évident que Google dispose d’une audience importante sur le segment hôtelier sur lequel il a cherché à optimiser les revenus. Pour les hôteliers, ce changement majeur a l’avantage de booster les capacités des hôteliers à générer des réservations via les moteurs de recherche. Les hôteliers ont ainsi tout à y gagner, car cela leur permet d’être de nouveau visibles et peut-être mieux que sur les résultats de recherche Google, en plus de leur présence sur les OTA.

Le module semble mieux répondre aux besoins des clients : désormais les internautes pourront avoir accès directement aux photos, aux prix ou encore aux disponibilités de l’établissement, ce qui devrait augmenter la conversion des réservations via Google. Enfin, l’internaute n’aura pas besoin de passer par un site tierce, mais bien « par Google » qui possède une certaine fiabilité aux yeux des utilisateurs, ce qui lèverai les freins d’une partie de la clientèle potentielle à la réservation en ligne.

Les inconvénients et les risques

A l’inverse, ce bouleversement majeur risque d’aggraver la dépendance des hôteliers aux OTAs. Le client n’étant plus redirigé sur le site de l’établissement, les réservations directes des établissements se verront impactées.

La double casquette de Google, tantôt axée sur un modèle de recherches en ligne – tantôt axée sur un modèle de commissionnement au clic, comporte donc des avantages et des inconvénients. Il conviendra à l’hôtelier d’apprendre à maîtriser cet impact en choisissant son propre mix de canal de distribution.

Zenchef, 30 septembre 2015