Digitaliser son restaurant

Comment l’intelligence artificielle peut métamorphoser l’expérience des restaurants

Des algorithmes capables de détecter les restaurants qui rendent malades et alertent les services sanitaires (Google FINDER), un système vocal capable d’effectuer des réservations à notre place (Google Duplex), des services et cuisines robotisés, des logiciels de conversation automatique… C’est certain, l’intelligence artificielle n’est plus réservée aux films de science-fiction. Et ces dernières années se sont révélées palpitantes et incroyablement riches en innovations technologiques dans ce domaine. Des innovations qui peuvent transformer la gestion d’un restaurant et l’expérience de ses convives.

#1 Des robots en guise de personnel au restaurant

Le robot serveur

En Chine, en Inde, au Népal, aux États-Unis et même en France, des restaurants se sont dotés de serveurs robots, chargés de servir leurs plats aux convives attablés.

Si d’aucuns peuvent penser qu’un tel concept met fin au casse tête lié à la recherche de personnel et au coût qu’il représente, de nombreux gérants soulignent qu’il s’agit avant tout d’une attraction destinée à animer le restaurant et à servir sa promotion.

L’une des difficultés ayant trait à ces serveurs automatisés est qu’ils ne peuvent remplacer le contact humain et ne sont pas adaptés à un poste qui nécessite d’interagir fréquemment avec des individus. De plus, il peuvent pécher par leur lenteur ou maladresse, au point d’être licenciés par leur employeur. Comme les humains finalement !

Le robot cuisinier

Il s’appelle Moley et il a remporté le prix « Best of the Best » au Consumer Electronics Show (CES) de Shanghai en mai 2015. Pourquoi ? Il est capable de reproduire plus de 100 recettes de chefs étoilés. Comment ? Grâce à ses bras intégrés dans le mobilier de cuisine, et dont les mains miment à l’identique les gestes d’un vrai cuisinier.

Tous ses mouvements sont la réplique du chef Tim Anderson (gagnant de l’émission de télé britannique Master Chef) dont les gestes ont été préalablement enregistrées sur le système. Enfin, pour mener à bien la réalisation de ses plats, il est évidemment en mesure d’identifier les ingrédients grâce à un logiciel de reconnaissance d’image.

Bien que fort coûteux, ce robot automatise la cuisine et a l’avantage de réduire le stress lié à l’absence impromptue de son chef ou à des postes vacants !

#2 Des chatbots pour améliorer la relation client

Alors que règne la culture du temps réel, la société est pressée, dominée par l’urgence. Les consommateurs ont une addiction à la vitesse. Et lorsqu’ils recherchent une information, il la leur faut immédiatement, sous peine d’aller voir ailleurs.

Or les restaurants ne sont pas toujours en mesure de répondre à cette quête de l’immédiateté lorsqu’un internaute les contacte. C’est là qu’interviennent les chatbots, logiciels programmés pour simuler une conversation.

Ces agents conversationnels, tels que Citron ou Hello Gaston, sont intégrés à des applications de messagerie comme  Messenger (Facebook). Ils permettent de répondre automatiquement et instantanément à des questions fréquentes (liées aux horaires d’ouverture, au menu, etc…). Ils peuvent aussi prendre des réservations, rediriger l’internaute vers telle ou telle page, ou engager une discussion avec lui.

L’avantage de ce programme est qu’il représente un vrai gain de temps pour le restaurateur et contribue à améliorer la relation client.En effet, il correspond à une véritable demande puisque les sondages indiquent que 89% des consommateurs préfèrent communiquer avec les entreprises par message.

Il a même été prédit qu’en 2020, 85% des relations des entreprises avec leurs clients seront gérées sans interactions humaines.

#3 Des self-kiosks et apps pour que le client gère sa commande personnellement

Pour éviter à ses clients des queues interminables, la chaîne McDonald’s a mis en place des bornes de commandes permettant aux convives de faire leur choix de plats et de les régler sur un écran tactile et interactif. La borne émettra un ticket que le client n’aura plus qu’à présenter au personnel pour récupérer son menu. À la clef, un gain de temps considérable et une marge d’erreur dans les commandes considérablement réduite.

En plus des bornes de commandes, la marque de fast-food permet à ses clients de commander et de payer à partir de leur applications McDonald’s. L’utilisation de cet outil permet à la chaîne de rassembler de précieuses données sur les habitudes de consommation de leurs clients (préférences, fréquence de fréquentation, localisation…). Elle adaptera ainsi sa stratégie de vente et sera en mesure de mieux cibler ses publicités. Au Japon, les consommateurs qui utilisent l’application dépensent en moyenne 35 % de plus, en partie grâce aux recommandations du système.

Enfin, les commandes dans les restaurants de la chaîne peuvent même être aiguillées grâce à la mise en place de menus numériques qui feront des recommandations en fonction du moment de la journée ou de la météo. En cas de fortes chaleurs, les boissons chaudes seront par exemple mises en avant. Au Canada, cette méthode a permis d’accroître les ventes de 3 % à 3,5 %.

C’est donc dans une véritable « révolution industrielle » que s’est engagée l’entreprise de restauration rapide.

#4 Pic2Recipe pour reconstituer une recette à partir d’une photo

Et c’est au MIT que l’on doit ce concept absolument épatant dont le nom signifie « De la photo à la recette » et dont le taux de réussite est de 65%. Avec ce « Shazam de la nourriture », les convives d’un restaurant peuvent identifier les aliments utilisés dans un plat. Et ce, rien qu’en le photographiant. L’objectif est soit de reproduire la recette plus tard, soit d’en vérifier la valeur nutritionnelle.

Actuellement, c’est surtout pour les desserts que ce système est performant. À titre d’exemple, à partir d’une simple image, il a pu reconnaître huit ingrédients sur onze d’une recette de cookies.

 #5 Des drones pour assurer la livraison des plats

En 2016, Domino’s Pizza a obtenu l’autorisation d’expérimenter en Nouvelle-Zélande la livraison par drone de ses pizzas. Au même moment, une chaîne de magasin américaine avait annoncé la première livraison par drone de cafés et beignets aux États-Unis.

Deux ans plus tard, c’est Uber Eats qui remet le sujet au goût du jour et s’engouffre dans ce programme. Tout comme pour son projet de taxis volants, le drone reposera sur des technologies d’intelligence artificielle et de vision.

Cependant, pour pouvoir envoyer et recevoir ses plats de burgers, de tacos ou de pâtes bolognaises, il faudra patienter jusqu’en 2021. En revanche, il est probable que l’on s’en tienne en France aux traditionnelles livraisons par voiture ou vélo puisque l’arsenal législatif national interdit le vol de drones « au-dessus de l’espace public en agglomération » (ce qui exclut les zones rurales).

Heba Hitti, 29 novembre 2018