Insolite

Les films de la rentrée à voir si vous êtes restaurateur

Après la télévision, les chefs sont mis en avant dans leur propre rôle au cinéma. Focus sur trois documentaires qui mettent en avant les plus grandes toques du monde dans leur manière d’incarner le métier de cuisinier et restaurateur !

La quête d’Alain Ducasse

Quand Gilles Maistre suit le chef aux 18 étoiles de New York à Manille

Pendant deux ans, le réalisateur a filmé le chef originaire des Landes dans ses voyages autour du monde. Le film raconte la quête du cuisinier pour pousser sa vision de la gastronomie toujours plus loin, trouver les meilleurs producteurs mais aussi former les restaurateurs de demain via ses différentes écoles. À la tête de 23 restaurants, Alain Ducasse investira pour la première fois le grand écran ! À voir dès le 11 octobre !

À la recherche des femmes chefs

Le documentaire engagé de Vérane Frédiani

La cuisine serait une activité plus féminine, mais seulement 3% des tables étoilées du Michelin sont tenues par des femmes chefs. Alors pour montrer ces figures de l’ombre, la réalisatrice a fait le tour du monde à la rencontre de celles qui défendent leurs idées d’une grande gastronomie dans une sphère souvent masculine. Au fil des images, on découvre des sommelières, des activistes, des femmes entrepreneuses qui prônent l’égalité et se battent pour faire reconnaître leur travail. Parmi elles, certaines Françaises qui crèvent l’écran : Anne-Sophie Pic, l’autodidacte de Valence qui a su faire de son héritage de fille de une vraie force, Dominique Crenn, meilleure femme chef du monde selon le classement 2016 du 50 World’s Best illumine San Francisco de son art, ou encore Jacotte Brazier, petite-fille de la mythique Eugénie Brazier connue pour avoir appris les bases du métier à un certain Paul Bocuse à Lyon.

Noma au Japon

La formidable aventure de René Redzepi racontée au cinéma

Alors qu’il vient de fermer Noma, son restaurant historique à Copenhague, symbole de son ascension en haut de la scène culinaire mondiale, René Redzepi décide d’en faire une réplique éphémère au Japon, emmenant avec lui son entière brigade (pas moins de 70 personnes). Une lubie qui devient réalité à force de travail, de courage, dans un pays où ni lui, ni ses équipes ne connaissaient la langue ou encore les produits. Le réalisateur néerlandais Maurice Deekers consacre un documentaire sur ce restaurant pop-up à Tokyo, ouvert en seulement six semaines et où pendant trois mois il était possible de déguster un menu exceptionnel de 14 plats. 200 heures de rushes permettent de s’immiscer dans le processus de création de René Redzepi pour qui cette relocalisation éphémère dont l’objectif était d’ouvrir le meilleur restaurant du monde. Un film qui devrait inspirer plusieurs restaurateurs en quête d’un nouveau challenge !

Anaïs Digonnet, 6 septembre 2017