Insolite

3 méthodes de management de Didier Deschamps à appliquer pour la réussite de son restaurant

Après le mondial 2018, voici 3 conseils à retenir de l’entraîneur des Bleus pour les amener à la victoire que vous pourriez appliquer à votre restaurant. 

On lui confère une chance incroyable, mais outre des coups de pouce avérés ou non, Didier Deschamps a su mener l’Équipe de France à la victoire avec méthode. La presse, presque unanime, reconnaît à l’ancien capitaine des Bleus 1998 cette capacité à leader un groupe. Et si certaines de ses compétences pouvaient être appliquées à la restauration ?

Des jeunes et des cadres

Avec une moyenne d’âge de 25 ans à peine, Didier Deschamps a choisi de monter une équipe jeune, entourée par l’expérience de quelques cadres. Et ça marche. Tout comme dans un restaurant, il faut savoir créer un climat de confiance entre les anciens qui connaissent le roulement d’un établissement et les nouveaux qui arrivent avec des techniques et compétences qui bousculent parfois les habitudes.

Et comment ça s’applique dans le quotidien d’un restaurant ?

Des immersions en début de contrat en salle et en cuisine peuvent être mises en place, même pour un chef qui ne sera jamais amené à faire le serveur. Pour moderniser l’organisation d’un restaurant, tout en douceur, des points récurrents entre les équipes favorisent également les échanges de bonnes pratiques entre les anciens salariés et les nouvelles recrues.

De la rigueur et du pragmatisme

En plus d’une certaine crédibilité acquise grâce à son statut de champion du monde en 1998, l’entraîneur des Bleus a transmis à son équipe les clés pour parvenir au succès. Parmi elles figurent la précision et la constance mais aussi le fait d’apprendre de ses erreurs comme lors des nombreux visionnages de matches. En mettant les footballeurs face à leurs succès et leurs échecs, ils ont ainsi pu gagner en régularité et corriger leurs défauts de jeu.

Et comment ça s’applique dans le quotidien d’un restaurant ?

Dès le début de la collaboration avec un nouveau salarié, n’hésitez pas à établir et à vous astreindre à une certaine rigueur, qui va dans les deux sens (heures de travail, précision des tâches attendues, etc.). N’oubliez pas de remercier les membres de vos équipes pour leur investissement dès qu’une bonne nouvelle arrive (avis dithyrambiques, prix suite à un concours, apparition dans un guide, ventes exceptionnelles, etc.). Il est également important de revenir et d’analyser les causes des services qui ont pu être compliqués, après la réception de mauvaises critiques par exemple. Objectif : régler certains blocages et tensions ou trouver des solutions afin d’améliorer le dialogue entre la salle et la cuisine et les garder en exemple en cas de problème similaire dans le futur.

De l’importance du groupe et de sa cohésion

On l’a beaucoup lu et entendu : les égos de ceux qui composent l’équipe de France 2018 ont été rangés au vestiaire pendant toute la compétition pour ne faire émerger que le groupe. Des défenseurs aux attaquants, en passant par les gardiens, des titulaires aux remplaçants, le réussite du collectif était plus importante que celles des individualités.

Et comment ça s’applique dans le quotidien d’un restaurant ?

« Une fois encore, le facteur X, c’est la cohésion, la solidarité, l’esprit de groupe…quand le tour est supérieur à la somme des parties. » La phrase, inscrite sous une photo des Bleus dans leur vestiaire avec la coupe du monde dans les mains, est signée Xavier Alberti, le PDG du groupe Les Collectionneurs. Dans la pratique, on ne doit pas attribuer la réussite d’un restaurant qu’au seul travail d’un chef même si c’est celui qui est le plus dans la lumière. La notoriété d’une adresse est aussi le travail de l’entière équipe en cuisine, du plongeur au sous-chef, mais également, du maître d’hôtel, des serveurs et de l’agent d’accueil en salle.

NB : cet article a lui aussi été fait en équipe, merci à tous les amateurs de foot de Zenchef qui ont observé et résumé les points forts du management de Didier Deschamps pendant la Coupe du Monde 2018.

Heba Hitti, 26 juillet 2018