Créer & Gérer son restaurant

Où trouver des fonds pour investir dans son restaurant

Les_Ecuries_de_Richelieu.jpgDifficile d’obtenir des crédits pour des restaurateurs. Pourtant, il existe des solutions avec les partenaires de Zenchef, notamment pour les Maîtres Restaurateurs.

Des banquiers interdits dans un restaurant de Rueil-Malmaison

En février dernier, Alexandre Callet, propriétaire du restaurant Les Ecuries de Richelieu à Rueil-Malmaison depuis 2008 et nouveau client de Zenchef s’est vu refuser un crédit de 70 000 euros pour lancer une seconde affaire. “Je comprends que pour les banques la restauration apparaisse comme un secteur difficile, mais pas pour moi. J’ai toujours été un bon payeur, j’ai doublé le chiffre d’affaires de mes prédécesseurs et j’ai une assiette dans le Michelin (nouvelle distinction du guide rouge qui récompense toutes les tables avec des produits de qualité et un vrai tour de main du chef, ndlr).”

“Chiens acceptés. Banquiers interdits (sauf droit d’entrée de 70 000 euros)”

Privé de cette manne financière, il a décidé de bannir les banquiers de son établissement. A l’entrée, une ardoise indique même  “Chiens acceptés. Banquiers interdits (sauf droit d’entrée de 70 000 euros)”. “Cette ardoise fait désormais partie du restaurant. Il me reste désormais à trouver des solutions alternatives comme le crédit-vendeur, la participation d’investisseur, la levée de fonds ou le crowdfunding. J’ouvrirai ”, ajoute Alexandre Callet qui promet d’ouvrir un deuxième restaurant en 2017.

Une démarche qui souligne le ras-le-bol de nombreux professionnels. Pour de nombreux restaurateurs indépendants, souvent sans caution, il est difficile de trouver des financements et des emprunts à taux intéressants. Mais il n’est pas forcément besoin d’aller aussi loin qu’Alexandre Callet. Des solutions existent.

300 000 euros mobilisables grâce à KPMG, Banque Populaire et Socama

Depuis novembre 2015, les Maîtres Restaurateurs ont conclu un accord avec les Banques Populaires et les Socamas pour aider les détenteurs du titre à obtenir un emprunt jusqu’à 300 000 euros. KPMG et Zenchef sont associés à cette opération.

KPMG est ainsi chargé de réaliser un audit auprès des établissements qui souhaitent faire une demande de mobilisation des fonds. “Nous procédons à une analyse du bilan de l’établissement et du prévisionnel. Le financement des investissements doit permettre un accroissement réel du chiffre d’affaires”, ajoute François Legoupil, responsable chez KPMG. “Notre objectif est de s’engager sur la fiabilité du restaurant afin de ne pas présenter au banquier un profil bancal.”

Zenchef, un atout pour appuyer les dossiers de demande d’emprunt

A noter qu’en étant équipé d’un outil leur permettant une meilleure gestion de leurs réservations et donc de leur chiffre d’affaires, les clients Zenchef, qui sont aussi Maîtres Restaurateurs, bénéficient d’un argument supplémentaire dans l’étude de leur dossier présenté à la banque.

Une fois cette étape d’audit validée par KPMG, la Banque Populaire s’engage à répondre rapidement à toute demande de prêt d’un Maître Restaurateur, sans garantie d’acceptation, même si le titre peut être un appui de poids. Trois emprunts de 100 000 euros sont mobilisables, sans que les restaurateurs n’aient à se porter eux-mêmes caution.

Unilend : le recours au financement participatif pour les restaurateurs

Partenaire de Zenchef, Unilend permet aux restaurateurs de financer rapidement et simplement leur activité, pour des montants allant de 10 000 à 1 000 000€ , sur des durées de de 3 à 60 mois. Chez Unilend, vous recevez une réponse en 48 heures et en moyenne, vos fonds seront disponibles en 3 jours et 10 heures après le début de la campagne.

15 000 euros de crédit d’impôt pour les Maîtres Restaurateurs

15 000 euros sur trois ans, c’est le montant du crédit d’impôt réservé aux Maîtres Restaurateurs ayant obtenu le titre entre le 15 novembre 2006 et le 31 décembre 2017. La demande se fait lors de la déclaration d’impôts annuelle. Un nouveau crédit d’impôt peut être sollicité lors du renouvellement du titre de Maître Restaurateur, celui-ci étant accordé pour une durée de quatre ans.

Un avoir fiscal sur des investissements qui peuvent être amortis

Le crédit d’impôt est égal à 50 % des amortissements liés aux investissements des sommes engagées, dans la limite de 30 000 euros. De nombreux aménagements sont concernés comme  :

Les dépenses d’audit externe permettant de vérifier le respect du cahier des charges du titre de Maître Restaurateur entrent également en compte.

60% des Maîtres-Restaurateurs en ont fait la demande

Tous les Maîtres Restaurateurs sont éligibles à ce dispositif résultant d’une démarche individuelle, “mais seulement 60% en ont fait le demande », selon Francis Attrazic, président de l’Association française des Maîtres-Restaurateurs, partenaire de Zenchef. Chacun des détenteurs du titre peut bénéficier des conseils de spécialistes comme KPMG. Leader de l’audit, du conseil et de l’expertise comptable, la société s’occupe ainsi de constituer le dossier au service du Maître Restaurateur afin de pallier à son manque de connaissances sur les conditions d’accès. “Souvent, on les avertit même de l’existence de ce crédit”, confie François Legoupil, associé et responsable du secteur de la Manche au sein de l’entreprise. Enfin, cet avoir financier peut être un argument supplémentaire à intégrer dans le cadre d’une demande de prêt auprès des banques.

Anaïs Digonnet, 19 mai 2016