Ouvrir & Gérer son restaurant

Quels sont les frais à prévoir pour ouvrir son restaurant ?

L’ouverture d’un restaurant doit faire l’objet d’une évaluation sérieuse des frais à engager. En effet, il faut disposer d’un local, de matériel et se conformer à de nombreuses règles administratives : c’est donc une activité qui nécessite de nombreuses dépenses. Le restaurateur doit donc analyser ses besoins financiers avant de se lancer, notamment à l’intérieur du business plan. LegalVision fait le point pour les restaurateurs. 

La création d’un restaurant inclus de nombreux frais : matériel de cuisine, salaires, décoration, communication ou encore honoraires d’un expert-comptable. Son ouverture s’accompagne également de formalités administratives à accomplir : les frais de greffe (coût création SAS, coût création SASU), la rédaction des statuts ou encore la publication de l’annonce légale.

Évaluer les besoins financiers du restaurant

Avant de se lancer, un restaurateur doit analyser tous les aspects financiers de sa future activité le plus précisément possible. Cette étude doit être inclue dans le business plan, qui permettra de trouver des investisseurs. Il faut ainsi établir un plan de financement initial. Un apport personnel relativement important permettra d’instaurer une relation de confiance afin de trouver une banque qui pourra financer l’activité. Un plan de financement à 3 ans permettra aussi d’envisager l’évolution à moyen terme. Pensez à vous renseigner sur toutes les aides à la création d’une entreprise disponible. Par exemple :

  • ARCE : l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise. Il s’agit du versement, sous forme de capital, d’une partie des allocations chômage dont bénéficie le créateur ou le repreneur du restaurant.
  • NACRE : le Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise. Il s’agit d’une mesure d’accompagnement mais aussi de la possibilité d’obtenir un prêt à taux zéro. Il s’adresse également aux demandeurs d’emploi, mais aussi aux jeunes créateurs et repreneurs d’entreprise qui ont entre 18 et 25 ans.
  • ACCRE : Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise. Cette aide consiste en une exonération partielle ou totale de cotisations sociales et est réservée aux demandeurs d’emploi.

Quelles sont les catégories de frais à prendre en compte ?

Local, énergie, matériel, personnel et communication

En premier lieu, on retrouve les dépenses liées au local lui-même. Il faut donc inclure le prix d’acquisition du local ou les modalités de location. Avec ces dépenses viendront nécessairement les dépenses d’énergie (électricité, gaz, eau). Les frais sont aussi relativement élevées concernant le matériel : l’équipement des cuisines, de la salle ou encore la décoration, qui est un aspect très important. Enfin, il faut envisager les dépenses liées aux employés du restaurant (salaires, montant des cotisations, etc). Le budget communication doit permettre d’attirer les clients. Par exemple, la création d’un site internet donnera une meilleure visibilité à l’entreprise, ainsi qu’une présence sur les réseaux sociaux.

Les dépenses spécifiques aux restaurants

Pour un restaurant, il faut aussi songer à l’obtention d’un permis d’exploitation. Il existe différents types de licence : de la licence restaurant à la licence IV, qui permet de vendre sur place tout type d’alcool. Une formation sur l’hygiène et la sécurité est obligatoire pour obtenir une licence. Le respect de ces règles permettra d’éviter des sanctions financières lourdes en cas de contrôle.

Les frais de création d’une société

D’un point de vue administratif et juridique, on compte trois principaux types de frais. Tout d’abord les honoraires du professionnel qui aide le créateur d’entreprise dans ses démarches (avocat, expert-comptable, formaliste).

Quel capital social est nécessaire pour créer un restaurant ?

En théorie, une société peut être constituée sans capital social. Dans la pratique, ouvrir une société sans capital est fortement déconseillé. Il sera difficile de trouver un emprunt pour une société si les associés n’ont fait aucun apport personnel.

La publication dans un journal d’annonces légales

La décision de créer une société prise par les associés doit obligatoirement faire l’objet d’une publication d’une annonce légale dans un journal habilité. Le coût varie selon le journal d’annonces légales choisi : le prix est fixé selon la longueur de l’annonce. En général, il faut compter entre 150 € et 250 €. Enfin, il faut immatriculer la société auprès du greffe compétent. Pour créer une société de type SASU, SARL ou EURL, les frais de greffe sont de à 41,50 €.

Heba Hitti, 22 mai 2018

Vous aimerez aussi