Insolite

6 restaurants aux concepts insolites aux USA

Si les concepts insolites asiatiques n’ont pas manqué de vous surprendre, attendez de voir ce que réservent les restaurants américains. À la clef : excès, ninjas, nature, maltraitance clients et on en passe… !

#1 Heart Attack Grill (Las Vegas)… Attention à la crise cardiaque !

Créé en 2005, le Heart Attack Grill (Grill de la crise cardiaque) propose des hamburgers dont la taille gigantesque n’a d’égale que son nombre de calories (ils seraient d’ailleurs les plus caloriques du monde selon le livre Guinness des records). De plus, les repas sont gratuits pour les clients pesant plus de 175 kilos ! Dans ce temple dédié au gras, des infirmières qui font office de serveuses prennent les prescriptions-commandes des clients-patients, vêtus de blouses d’hospitalisation. Attention cependant, cet établissement aux airs d’hôpital comptabilise déjà deux décès causés par des crises cardiaques. Assez ironique, lorsque l’on sait que le concept a été créé par un ex-diététicien.

# Ninja restaurant (New York) : un village japonais en pleine ville

C’est dans un village japonais de l’ère féodale que se retrouvent plongés les convives pénétrant le Ninja Restaurant à New York. Accueillis par un personnel tout de noir vêtu à la manière des ninjas, les clients doivent parcourir les dédales d’un labyrinthe sous-terrain pour rejoindre leurs tables dans de sombres recoins et des sortes de grottes. À la carte, des mets japonais classiques (poissons, viandes, sushis, etc…) mais également des tours de magie et l’exercice d’arts martiaux dans une atmosphère aussi sombre que mystérieuse. Une expérience délirante, et assurément dépaysante !

#3 Dick’s Last Resort (Tennessee) : le pire service client…exprès !

Si environ 99,99% des restaurants cherchent à garantir à leurs convives un accueil irréprochable et chaleureux, ce n’est certainement pas le cas de cette chaîne ! Dans ce concept, le personnel est délibérément odieux. D’ailleurs on ne sert pas, on balance les plats sur les tables et les serviettes sur les figures. L’attention va même jusqu’à rédiger des moqueries à destination des convives sur des chapeaux en papier dont ils se voient affublés pendant toute la durée du repas. Au moins, ces derniers sont tous traités de manière égale; impossible de reprocher le moindre traitement de faveur, il n’y en a pas !

#4 Le restaurant de Damon Baehrel (Earlton) : la gargote authentique à la plus longue liste d’attente au monde

Selon The New Yorker, il faut attendre jusqu’à 2025 pour avoir la possibilité de s’offrir un repas chez Damon Baehrel. Dans une petite bourgade à plus d’une centaine de kilomètres de New York, ce sexagénaire autodidacte propose une expérience gastronomique des plus originales ! C’est sa petite maison entourée d’arbres et de marécages qui fait office de restaurant. Elle ne peut accueillir plus de 16 personnes et selon son site Internet, les repas durent 5 heures, voire plus. L’atout du chef ? Il produit son propre fromage, son pain, sa farine et son huile, il cultive et cueille lui même ses plantes. Il est à la fois boucher, agriculteur, mais également cuisinier, sommelier, serveur et plongeur. Bref, il est son propre fournisseur, son personnel de salle et sa brigade. Cette authenticité doublée d’une intimité garantie a cependant un prix : 300 à 430 dollars par couvert.

#5 Airplane restaurant (Colorado) : dîner dans un Boeing historique

Certes, il n’est pas inusuel de se restaurer à bord d’un avion, mais celui qui sert de restaurant à Colorado Springs est loin d’être un avion parmi d’autres. Datant de 1953, le Boeing KC-97 a servi pour des missions de ravitaillement en Europe avant de se mettre à accueillir des convives en son sein pour déjeuner ou dîner. Dans le menu, c’est un champ lexical complètement dédié à l’aviation qui est employé pour décrire les plats. On retrouve ainsi du « flying chicken », des « air tower nachos », du « canadian bomber » et des « appetizers squadron ». Quant aux prix, ils ne volent pas très haut puisque les plats valent entre 10 et 20 dollars.

#6 Fife & Drum (Massachusetts) : la seule prison ouverte au public pour se restaurer

Situé dans un centre correctionnel et pourvu d’un décor minimaliste, ce 6ème restaurant insolite emploie des détenus aux postes de cuisiniers, serveurs, plongeurs, etc… Il faut dire que le menu est peu coûteux : 3.21$. L’objectif de l’établissement est de former ces derniers à des métiers de la restauration pour faciliter leur réinsertion. Ils ont par ailleurs aussi l’occasion d’interagir avec des convives puisque le restaurant est ouvert au public. Celui-ci doit cependant se présenter avec une pièce d’identité avant de pouvoir s’attabler. À l’origine de cette initiative, un ancien restaurateur et formateur : Eddie Jacobs.

Heba Hitti, 7 janvier 2019

Vous aimerez aussi