Tendances

3 chiffres à retenir après l’annonce des nouvelles étoiles du guide Michelin 2018

Retour sur un des événements les plus attendus de la scène gastronomique française qui avait lieu lundi à Boulogne-Billancourt. Après un hommage à Paul Bocuse, les nouveaux étoilés ont été invités à rejoindre la scène occupé par Michael Ellis, le directeur des guides Michelin et Faustine Bollaert, la présentatrice.

621 étoiles distribuées

Même si Sébastien Bras et Jérôme Brochot ont renoncé à leurs étoiles, 5 macarons de plus qu’en 2017 ont été attribués cette année lors de la cérémonie du guide Michelin. De nombreux chefs d’origine étrangère ont été reconnus dans la bible rouge de la haute gastronomie comme Alan Geaam (1 étoile à Paris) ou Masfumi Hamano (2 étoiles à Saint-Amour-Bellevue). Marc Veyrat et Christophe Bacquié ont quant à eux été adoubés de trois étoiles. Ils rejoignent 26 autres chefs comme Michel Troigros ou Pierre Gagnaire, dont les établissements respectifs brillent respectivement depuis cinquante et vingt ans dans cette catégorie.

Zéro femmes et cuisiniers d’outre-mer récompensés

Les cheffes et les DOM TOM oubliés du guide rouge

Peu après l’annonce des lauréats étoilés, certaines se sont indignés du manque de reconnaissance pour le travail des chefs avec deux « f ». C’est le cas d’Estérelle Payany, qui juge que la « révolution n’a pas eu lieu » dans Télérama posant clairement la question « Où sont les femmes ? » dans son compte-rendu de la cérémonie. Après l’indignation, Vérane Frédiani, la réalisatrice du film À la recherche des femmes chefs a incité à travers la page Facebook de son film a laisser en commentaire les noms de ces professionnelles des cuisines qu’elle juge injustement oubliées par Bibendum, n’oubliant pas de d’identifier Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et Anne-Sophie Pic, marraine des nouveaux chefs ayant obtenu une étoile.

Les restaurants de la métropole récompensés, ceux des territoires ultramarins mis de côté

Dans un autre registre, ce sont les départements et territoires français hors de l’Hexagone qui se sont aussi sentis ignorés. Sur son profil Facebook, le Maître Restaurateur et charismatique Arnaud Bloquel, propriétaire et chef de cuisine du restaurant L’Orchidea à Saint-François, en Guadeloupe a lancé un appel aux critiques gastronomiques du Michelin pour venir visiter ces belles tables françaises, loin de la métropole.

Un message qui faisait également écho au discours de Babette de Rozières organisatrice de la 3e édition du Salon de la gastronomie d’outre-mer, qui avait lieu à Paris du 2 au 4 février dernier et, était parrainé par le très étoilé Yannick Alléno. La conseillère régionale d’Ile-de-France, médiatique représentante de la cuisine guadeloupéenne et restauratrice (La Case de Babette) y déplorait « le manque de considération » pour cette cuisine et ceux qui la font, loin de l’Hexagone. Fin 2018, les tables des Antilles et de la Guyane devraient d’ailleurs faire leur retour dans le Gault&Millau.

Quatre nouveaux étoilés déjà équipés par le système de réservation Zenchef

Tous les jours, le logiciel de réservation Zenchef séduit de plus en plus de responsables de restaurants très bien classés dans les guides et reconnus pour leur cuisine. Ces entrepreneurs veulent gagner plus de temps, mieux gérer leurs réservations (sans commissions), les avis de leurs clients et la visibilité de leur établissement avec un outil digital simple et facile d’utilisation. Le lancement du guide Michelin 2018 lundi a montré que quatre nouveaux étoilés font déjà partie des utilisateurs du systèmes de réservation Zenchef : il s’agit des restaurants Copenhague (Paris), Emporio Armani Caffé (Paris), Garopapilles (Bordeaux) et Le Domaine de Corniche (Rolleboise).

Anaïs Digonnet, 7 février 2018