Tendances

La restauration nocturne : un marché en forte expansion

Les noctambules ont la dent creuse et les restaurateurs l’ont bien compris. Nombre d’entre eux ont choisi de s’adapter pour suivre une façon de consommer les repas qui évolue. « La tendance à la déstructuration des repas incite certains (…) à proposer une offre 24 heures sur 24 », note Maria Bertoch, expert « Foodservice » du NPD Group. Ajoutons à cela l’émulsion des services de livraison à domicile et la démocratisation des services de VTC et on obtient une population qui sort jusqu’à des heures plus avancées, et qui aspire à donner de la fourchette et du couteau tout au long de la nuit.

Sur les trois dernières années, les établissements ouverts entre 22h00 et 07h00 ont vu leur fréquentation augmenter de 19% pour un total de 223 millions de visiteurs (source : Le Figaro). À Paris l’engouement est particulièrement fort avec une augmentation de 24%.

#Qui sont ces papillons de nuit ?

Tout d’abord, ils sont plutôt jeunes. La vie nocturne seyant davantage à une population jeune, le rapport du NPD Group estime que la moitié des clients de nuit ont entre 18 et 34 ans, contre 39% en journée. Enfin, ce sont plutôt des hommes. On notera, selon le même rapport, qu’ils représentent 60% de la clientèle, contre seulement 48% le jour.

#À qui profite ce marché nocturne ?

Les envies varient en fonction de l’heure. De 23h00 à 2h00 du matin, c’est la restauration rapide qui rafle la palme d’or, notamment grâce au hamburger, nouvelle coqueluche des Français, avec 18% des visites là où les cafés, bars et brasseries culminent à 17%. Plus l’heure avance, plus le palais s’adoucit et dès 05h00 du matin, ce sont les sandwicheries et les boulangeries qui captent 34% des visites, loin devant les grandes surfaces et magasins de proximité qui atteignent les 19%.

Notons finalement que si la restauration nocturne ne représente actuellement qu’un chiffre d’affaire de 1,12 milliard d’euros sur un total de 56 milliards, c’est ce secteur qui s’est montré le plus dynamique. Nous évoquions une augmentation de 24% de fréquentation, c’est largement supérieur à l’ensemble du marché qui n’a progressé que de 1%. Affaire à suivre…

Clément Pommiès, 7 août 2019

Vous aimerez aussi