Digitaliser son restaurant

4 applications pour éviter le gaspillage alimentaire dans son restaurant

Il est important aujourd’hui pour les restaurateurs de limiter l’empreinte écologique de leur activité. Pour ceux qui souhaitent s’engager, Too Good To Go, Une Fourmii Verte, Etiquettable et même Zenchef pourraient les aider à gaspiller moins.

Too Good To Go, facile, pratique et surtout présent dans toute la France

2000 commerçants sont partenaires de l’application. Les restaurateurs ne cessent de montrer leur intérêt bien que leur gaspillage alimentaire reste majoritairement limité au plat du jour « , confie Camille Colbus, directrice des opérations au sein de Too Good To Go. Objectif : permettre aux restaurateurs de ne plus avoir de produits qui partent à la poubelle en fin de journée et faire découvrir un échantillon de leur cuisine à de nouveaux clients, utilisateurs de l’application. « C’est aussi un moyen d’afficher et de communiquer sur une image respectueuse de l’environnement pour le restaurant. Les restaurateurs travaillent des produits frais et ils ne veulent plus jeter les invendus. »

Un moyen d’attirer de nouveaux clients dans son restaurant

Au quotidien, les professionnels rassemblent ce qui n’a pas été commandé dans leur établissement et affichent sur l’application le nombre de rations qu’ils peuvent fournir. Ces paniers-surprises, puisque les restaurateurs n’ont à référencer leur contenu, sont à venir récupérer dans leur établissement après le service, par les utilisateurs de Too Good To Go. Les portions sont vendues entre 3 et 4 euros et la start-up prend une commission de un euro sur chacune d’entre elles. « Concrètement, les restaurateurs récupèrent le coût de leur matière première. Mais c’est un moyen aussi de faire découvrir de leur carte : de nombreux commerçants nous disent que lorsque quelqu’un est passé chez eux grâce à Too Good To Go, il revient le lendemain ou la semaine suivante comme client », ajoute la représentante de la start-up au logo turquoise et bleu. Le plus, c’est que le service est gratuit et disponible dans toute la France.

Une Fourmii Verte qui courait de restaurants en restaurants

« Nous savons que chaque seconde en France, 317 kilos de nourriture sont jetés et le gaspillage alimentaire coûte chaque année entre 12 et 20 milliards d’euros à la France », explique Virgile Martinez, co-fondateur d’Une Foumii Verte. La toute jeune start-up vient de lancer son application pour sauver les marchandises qui peuvent l’être des boulangeries, pâtisseries, traiteurs, restaurants ou épiceries, comme des quiches, des parts de pizza, des salades et des desserts de tous types. Une seule condition pour les restaurateurs qui souhaiteraient travailler avec l’entreprise : que les produits soient packagés.

Une façon de toucher les clients de nuit pour qu’ils reviennent le jour

« Le principe est simple : deux heures avant la fermeture de l’établissement, nous appelons le propriétaire pour savoir s’il aura des invendus. Si oui, nous passons et nous livrons ces produits aux noctambules, à ceux qui sortent tard, qui veulent se faire livrer à la maison qui travaillent de nuit », ajoute Virgile. Une carte de l’établissement est mis sur chaque produit afin que le client identifie sa provenance.

Les restes des invendus donnés aux associations

Une fois l’invendu vendu au tarif fixé par Une Fourmii Verte (5 euros pour les plats, et entre 8 et 10 euros pour les menus), la start-up vers une rétro-commission de 20% au commerçant. Si jamais ces restes ne sont pas écoulés, ils sont donnés aux associations à la fin du service de nuit d’une Fourmii Verte, vers 6 heures ou mis directement dans leur chambre froide. L’association nous fait un bordereau de remise de produit, que l’on scanne à chacun des partenaires afin qu’ils puissent bénéficier d’un crédit d’impôt grâce à leurs dons. « 

Etiquettable, l’application pour cuisiner responsable

Savez-vous quelle est l’empreinte écologique de vos plats ? Non. C’est pour pallier ce manque d’information que Eco2 Initiative a créé Etiquettable. Le projet  est composé d’une application mobile sur la cuisine durable pour le grand public, mais aussi d’un éco-calculateur pour les restaurateurs. Dans la version gratuite, ils peuvent entrer les ingrédients, leur poids, la provenance de leurs produits, les modes de conservation et ils découvrent ensuite la note environnementale de leurs recettes, basée notamment sur les données scientifiques de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Des restaurateurs engagés comme François Pasteau utilisateur de l’éco-calculateur

« Le restaurateur peut connaître son empreinte carbone, et dans la version payante, toutes les informations nutritionnelles, caloriques, le niveau de sucre, les allergènes et les protéines que contient son plat. Il peut enregistrer, modifier et imprimer ses recettes sur son espace », explique Shafik Asal, co-fondateur d’Etiquettable. Ces informations sont essentielles pour les restaurants qui souhaitent axer leur communication sur leur éco-responsabilité mais aussi sensibiliser leurs clients. François Pasteau, chef et gérant de L’Épi Dupin à Paris et ambassadeur de Zenchef a utilisé cet éco-calculateur pour présenter les recettes dans son livre « Manger, Cuisiner éco-responsable » tout comme l’Hôtel-restaurant Les Orangeries, dans ses cuisines de Lussac-Les-Châteaux.

Géolocaliser les restaurants qui ont une démarche respectueuse de l’environnement

Côté application consommateurs, Etiquettable synchronise les bases de données de ses partenaires (Yes We Green, Too Good To Go, Bon Pour Le Climat, VegoResto, etc) qui référencent des restaurateurs adoptant une démarche d’engagement bio, locavore, avec une offre végétale ou bonne pour le climat, puis permettent aux consommateurs finaux de géo-localiser ces derniers. « L’appli est collaborative : les utilisateurs peuvent aussi nous contacter afin de proposer un restaurant, tout comme les restaurateurs qui considèreraient qu’ils devraient également en faire partie », ajoute Marianne Petit, co-fondatrice de l’application.

Zenchef, pour mieux gérer les stocks dans son restaurant

Savoir combien de personnes sont prévues pour le service du midi et du soir pour faire la juste commande, éviter le no-show grâce à l’empreinte bancaire et donc la perte de produits frais achetés mais non commandés, connaître l’appétit de ses clients noté dans son fichier clients et bien doser leurs assiettes…Autant de bénéfices pour les restaurateurs qui utilisent le système de réservation développé par Zenchef. Au quotidien, grâce à un cahier de réservation digital, l’entrepreneur peut mieux ajuster ses stocks et éviter de gaspiller des mets qu’ils n’utilisera faute de commandes.

Anaïs Digonnet, 31 octobre 2017

Vous aimerez aussi