Tendances

Uber s’attaque au marché de la livraison de plats à domicile

Depuis quelques mois, Uber s’est lancé un nouveau défi : s’imposer sur le marché de la livraison de plats à domicile avec son service UberEATS, qui promet une livraison d’une sélection de plats de restaurants en vogue en moins de dix minutes. Déjà disponible dans neuf villes, mais seulement à Barcelone en ce qui concerne l’Europe, le service UberEATS entrera en activité dans quelques jours dans la capitale française.

Uber s’attaque au marché de la restauration 

D’après des informations confirmées lundi par Le Figaro, Uber va proposer « de façon imminente » un service de livraison de plats à domicile. Grâce à la flotte de chauffeurs connectés à l’application, Uber promet de livrer en moins de dix minutes. Contactée par L’Express, la direction d’Uber France confirme que ce service baptisé uberEATS sera opérationnel dès ce mercredi. « Le service sera testé au centre de Paris, à l’heure du déjeuner et en semaine », précise la compagnie.

Selon Le Figaro, Paris deviendra ainsi la onzième ville du monde (et la deuxième d’Europe) à proposer ce service via Uber. Sur le continent européen, UberEats est également implantée à Barcelone en Espagne.

D’après les informations du quotidien, une différence notable distingue UberEats des autres services de livraison de plats de restaurants. L’application ne devrait mettre à disposition que quelques plats (trois ou quatre). Le choix serait renouvelé tous les jours.

La livraison de plats à domicile : un marché fleurissant

L’arrivée de Uber sur le marché de la livraison de plats à domicile n’est pas surprenant. En effet, la livraison de nourriture à domicile, ou au bureau, est en plein boom en France comme dans le monde. Selon une étude de Rocket Internet, le marché mondial de livraison de repas devrait ainsi générer près de 90 milliards de dollars d’ici 2019. En France, de nombreuses startups se sont lancées sur ce créneau, comme Foodora, Deliveroo ou encore Resto In. Avec ce nouveau service, Uber entend donc les concurrencer.

Chez FoodChéri, qui vient d’annoncer une levée d’1 million d’euros, pas de restaurants partenaires, le consommateur choisit parmi une sélection de plats cuisinés par les chefs maison. Une formule différente de celle de Foodora, dont le logo rose s’expose partout dans le métro parisien en ce moment, et qui propose la livraison, à vélo, de plats des restaurants les plus en vue, tout comme Deliveroo. Quant à celui qui revendique la place de leader sur ce marché, Resto In, c’est avec la livraison gratuite pour toutes les commandes passées dans des établissements situés à moins d’1 km du domicile, un service qui vient tout juste d’être annoncé, que ce dernier entend bien tirer son épingle du jeu. En Belgique, le service Take Eat Easy a même levé 10 millions d’euros.

Amazon se prépare également à attaquer. Le géant américain a posté de nombreuses annonces sur le site Linkedin pour recruter des collaborateurs pour son offre « Amazon Restaurants ». Un nouveau service qui permet aux consommateurs de se faire livrer les plats de leurs restaurants préférés en même temps que leur livre de chevet et leur nouvelle brosse à dents électrique.

Crédit photo : The globe and mail

Zenchef, 14 octobre 2015

Vous aimerez aussi